Bien dans ses basketsRetour sur les métiers de l’accompagnement des sportifs

10 novembre 20200
https://www.ajph.fr/wp-content/uploads/2020/11/sad-2635043_1920-1280x793.jpg
Yannick Boulanghien, une de nos deux professionnels de la rubrique « Bien dans ses baskets », et Joanne Fourtanier, abordent aujourd’hui les différents métiers de l’accompagnement pour le monde du sport. 
Joanne Fourtanier et Yannick Boulanghien sont tous deux membres de l’INCPS International Network for Coaches and Psychologists in Sport

 

Dans une situation complexe, mieux vaut faire appel à l’intelligence collective plutôt qu’au retranchement individuel. C’est la raison pour laquelle nous vous proposons cet éclaircissement quant aux différents métiers supports en période de « crise ».

 

Comme nous le constatons depuis un certain temps, nous évoluons dans un Monde fluctuant, toujours plus complexe et incertain. Pour le sport professionnel, il s’agit d’une période qui n’a aucun précédent. S’il y a quelque mois le « contexte Covid-19 » imposait à nos clubs de composer avec des mesures d’hygiène drastiques, aujourd’hui les décisions que ces mêmes clubs sont amenés à prendre, concernent leur propre survie.

Un nombre conséquent de réflexions, dont l’importance est certes cruciale, a été porté sur le sujet. Cependant, très peu d’entre elles abordent plus spécifiquement les acteurs centraux que sont les sportifs, les entraineurs professionnels ou encore les salariés des clubs. Comment vivent-ils cette incertitude permanente quant à leur avenir. A quoi ressemblera le sport professionnel après cette crise ?  Comment continuer à être performant malgré les conditions ?

Il n’y a pas de réponses toutes faites à ces questions légitimes. Chacune de celles-ci dépendra nécessairement d’un contexte particulier où les facteurs économiques et sociaux seront prépondérants. Toutefois, les réponses apportées individuellement et collectivement, et qui auront un sens, nécessiteront toutes une même constante : la résilience.

La résilience est la capacité des individus, des équipes et des organisations à faire face aux situations de crise, à poursuivre un développement en dépit de l’adversité, à être prêt à relever les défis afin de réaliser des objectifs cruciaux.  Relever les défis dans un tel contexte et saisir les opportunités qui vont s’offrir dans le futur, nécessite de savoir aborder les dynamiques de la Crise, de la Transition et de la Transformation. D’où la nécessité d’un travail collectif où chacun pourra apporter son expertise afin de contribuer à une solution bénéfique pour l’ensemble.

L’une des façons d’aller de l’avant est de faire appel à des ressources extérieures au « système » afin d’opérer des changements permettant un nouvel élan. « Lorsque souffle le vent du changement, certains construisent des murs, d’autres des moulins à vent » dit un vieux proverbe chinois.

Nous proposons ici de mettre en lumière certaines des professions ayant pour but d’accompagner les individus, les équipes et les organisations dans le contexte évoqué précédemment. Ce travail est réalisé par le biais de l’INCPS* à découvrir plus bas.

Psychologue du Sport, Préparateur mental, Coaching de développement individuel et/ou collectif, Mentor, Consultant : ce sont tous des domaines qui participent à un fonctionnement plus écologique et plus performant pour l’individu comme pour l’organisation. Mais alors quelles différences et en quoi peuvent ils m’être utiles ?

Le Psychologue du sport

Pour qui & Pourquoi ?

Il travaillera davantage avec l’athlète ou l’équipe. Il sera un support à l’intérieur et à l’extérieur du cadre sportif pour l’athlète et dans certaines circonstances pour un cercle plus élargi.

Il aura pour mission de renforcer certaines qualités inhérentes à la performance. Il va par ailleurs aider le sportif et son entourage à harmoniser le contexte relationnel, affectif et environnemental ; il s’intéresse donc au sportif dans sa globalité et sa singularité afin de lui permettre de gérer la pression continue de situation complexes, d’affronter les compétitions et de renforcer ses qualités mentales.

La psychologie du sport caractérise par ailleurs les méthodes de prévention des dérives auxquelles sont exposés les sportifs au cours de leur carrière, telles que la consommation de substances, le dopage, l’addiction à l’exercice ou le surentraînement.

3 exemples concrets :

  • Surmonter les éventuels problèmes psychologiques ou les difficultés suite à un évènement
  • Rebondir suite à des échecs et des périodes de baisse de performance
  • Comprendre son état d’esprit et comment le travailler

La posture et les qualifications du Psychologue Sportif :

Le titre de « psychologue » est réservé aux titulaires d’un DESS/Master 2 de psychologie (ayant également validé la licence et maîtrise). Seul ceux qui ont ce titre peuvent prétendre à être psychologue du sport.  La Société Française de psychologie du sport (SFPS) a établi un système d’accréditation qui permet d’obtenir un statut d’intervenant en psychologie du sport et il y 2 parcours possibles : (1) Master en Sciences du sport (STAPS) ou Psychologie obtenu (2) Autre parcours de formation certifiante (ex : préparation mentale, coach …) avec une pratique supervisée en milieu professionnel d’au moins 250h.

Le psychologue développe une posture de sachant et de facilitateur, il est reconnu en tant qu’expert dans son domaine. Il peut travailler en collaboration avec le staff et être mené à partager les résultats des tests psychométriques ou les contenus des séances si prévu à l’avance. Il peut également travailler en toute confidentialité avec le client.

 

Le Préparateur mental

Pour qui & Pourquoi ?

Il travaillera avec l’athlète ou l’équipe. Dans un contexte particulier il pourra aider le sportif à garde un niveau élevé de motivation.

Une préparation mentale vise à renforcer ou perfectionner les capacités mentales de l’athlète au cours des compétitions et elle a pour objectif de nourrir la motivation et la combativité. Cette approche utilise des outils et des techniques principalement issus de la psychologie du sport afin d’aider les athlètes à surmonter les attitudes et les croyances négatives et à appliquer des stratégies de performance. « On ne naît pas avec un mental de sportif de haut niveau, on le construit ».

Entre motivation, capacités à faire face aux situations difficiles, stratégies cognitives ou émotionnelles de régulation de la pression, planification et représentations des situations, il existe un nombre important d’habiletés mentales qui sont propres au sportif de haut-niveau. Le préparateur mental s’attachera plus particulièrement à travailler ces différents aspects.

3 exemples concrets :

  • Garder un haut niveau de motivation dans des situations difficiles
  • Mise en œuvre de techniques de relaxation
  • Améliorer son focus et son flow

La posture et les qualifications du Préparateur Mental :

Il travaille en collaboration avec le staff et peut être amené à partager les résultats des tests ou les contenus des séances.

Il existe de plus en plus de formations universitaires qui permettent d’avoir des connaissances en psychologie du sport et en préparation mentale, notamment dans les filières STAPS, plusieurs Masters qui se sont spécialisés dans ce domaine, ainsi que quelques D.U (diplômes universitaires) qui peuvent permettent à des personnes officiant déjà dans le milieu sportif de se former en une année. Il existe également de nombreuses formations privées qui permettent d’acquérir des connaissances dans ce domaine et la possibilité de formaliser le titre avec le SFPS (voir ci-dessus). 

 

Le coaching de développement individuel ou collectif

Pour qui & Pourquoi ?

En fonction des situations, le travail de coaching peut être réalisé avec un athlète, une équipe, l’entraineur et le staff afin de faire émerger de nouvelles possibilités ou compétences tout en déconstruisant certaines croyances limitantes. Il peut prendre également la forme d’un travail plus large avec l’ensemble ou des parties du club afin d’élaborer des plans d’actions spécifiques à une situation.

Le coach travaillera sur l’importance du développement à la fois « horizontal » mais aussi « vertical » comme clés du succès. Le développement horizontal concerne l’acquisition et l’utilisation d’aptitudes et de compétences techniques qui mènent à un certain niveau d’expertise, mais à un moment donné c’est le développement « vertical » qui change la donne. Le développement vertical consiste à approfondir la conscience de soi, à explorer ce qui se trouve en dessous de la surface, à découvrir les histoires et les discours internes profondément ancrés en nous, et à identifier les angles morts, les réactions et les habitudes qui impactent inconsciemment notre comportement… et donc la performance.

Le coaching aborde notamment la notion de santé émotionnelle avec un travail autour de sujets clés comme l’identité, la gestion des émotions, la communication, l’authenticité et la résilience. Le coaching peut se faire en séance individuelle ou collective.

3 exemples concrets :

  • Trouver des solutions internes face à des problèmes complexes
  • Mieux se positionner dans son environnement professionnel ou personnel
  • Travail sur l’identité et connaissance de soi, améliorer la réflexion, découvrir les angles morts, offrir de nouvelles perspectives dans et en dehors du cadre sportif

 

La posture et les qualifications du coach :

Le coach et le client ont la coresponsabilité du progrès : le coach est responsable de la structuration des séances afin d’aider le client à progresser sur ses objectifs ; le client est responsable de travailler sur ses actions et de partager ses progrès au début de chaque session.

Les coachs professionnels ont une formation et une expérience significatives : au moins 60h de formation reconnue et plus de 200h de travail avec des clients. Ils sont membres de, et accrédités par, un organisme de coaching professionnel reconnu tel que l’ICF ou l’EMCC.  Ils souscrivent à un code de déontologie professionnelle, font l’objet d’une supervision régulière, et sont en mesure de fournir de leurs certificats de formation et d’accréditation ainsi qu’une attestation de leurs heures de supervision.

 

Le Mentorat

Pour qui & Pourquoi ?

Le Mentorat se traduit par une collaboration entre une personne expérimentée et une personne plus jeune. Il constitue un outil permettant de répondre à une ambition donnée. Le mentor guide le mentoré dans ses apprentissages, il favorise le partage d’expériences et le développement du savoir, du savoir-faire et du savoir-être du mentoré. Le mentorat est aussi un moyen efficace d’acquérir tout un éventail de compétences personnelles et professionnelles.

C’est un moyen supplémentaire de formation destiné à favoriser le transfert d’expertise entre une personne d’expérience et une autre de moindre expérience dans un domaine particulier, intéressée à tirer avantage de l’échange.

3 exemples concrets :

  • Passer du questionnement à l’intention
  • Réponse à des besoins de conseils et d’expertise
  • Identification de problèmes potentiels et plan d’action pour y répondre

La posture et les qualifications du Mentor :

Il n’y a pas à proprement parlé de qualification pour le Mentor. Ceci étant dit, ce dernier doit démonter une expérience significative dans le domaine particulier.

Les interventions du mentor doivent s’inscrire dans une relation de réciprocité, d’échange et d’engagement mutuel. Le mentorat requiert une approche basée sur une action où le mentoré a la possibilité d’être lui-même. Un tel sentiment ne pourra avoir sa place que dans une approche non-directive et dans le respect des choix du mentoré. Le mentor est engagé envers le mentoré, tout en demeurant détaché face aux solutions que ce dernier choisira d’adopter.

 

Conseil et consultant

Pour qui & Pourquoi ?

Le conseil ou le consulting s’adresse principalement aux organisations. Cependant, les sportifs peuvent également être concerné par les sociétés de conseils.

Le conseil, c’est une intervention réalisée dans une entreprise ou une organisation (un club, par exemple) par un expert extérieur à celle-ci : le consultant. Il est “expert” parce qu’il dispose d’une connaissance ou d’une compétence technique, et qu’il va mettre celle-ci au service de cette entreprise pour résoudre un problème précis. Traditionnellement Une société de conseil ou cabinet de consulting ou encore un cabinet de conseil est une entreprise qui délivre des avis ou des recommandations sur ce qu’il convient de faire dans une organisation pour en améliorer un aspect. En d’autres termes, il s’agit d’une montée en compétences.

Le sportif pourra être conseillé (prudence et contre – avis s’imposent) pour la gestion de sa carrière, de son image ou encore s’il y a lieu sur la gestion de son patrimoine financier.

3 exemples concrets :

  • Conseil en placement financier
  • Conseil en gestion de patrimoine.
  • Conseil en image

La posture et les qualifications du Conseil – Consultant :

Il doit disposer d’une formation spécifique ou d’une expérience significative dans le domaine concerné. Il est souvent nécessaire de demander des références sur des actions du même genre entreprises avec succès.

Le conseil ou consultant doit en effet être « à l’aise » dans sa relation à l’autre, savoir trouver sa place rapidement, être présent en tant qu’expert mais pas seulement : il doit savoir tisser une relation de confiance durable avec ses interlocuteurs. Il doit être à l’écoute, ne pas imposer une méthode ou un parti pris sans avoir réellement entendu son client sur son besoin (qu’il aide très souvent à reformuler et à formaliser).

 

 

* L’INCPS: International Network for Coaches & Psychologists in Sport

Ce réseau international constitué de Coachs professionnels certifiés, de consultants et de psychologues experts du monde sportif a pour vocation de partager ses travaux et d’aider les athlètes, les entraîneurs et les organisations par le biais, d’un travail collectif. La collaboration de ces experts issus de différents univers permet une meilleure lisibilité sur les apports des différents domaines.

Yannick BOULANGHIEN

Ancien handballeur professionnel, il est le fondateur d’HOMEOSYS, une société de Coaching professionnel à la fois pour les sportifs de Haut-Niveau, les chefs d’entreprise, les managers et leurs équipes. Il est membre de l’International Network of Coaches and Psychologists in Sport.

Joanne FOURTANIER

D’origine britannique et à l’origine de la création de l’INCPS, Joanne est spécialisée en intelligence émotionnelle et accompagne en coaching et en formation des professionnels et des sportifs sur des problématiques relatives au management/ leadership, au relationnel, à la communication, et à la performance collective.

 

Et n’oubliez pas, vos contacts « bien dans vos baskets » ainsi que le dispositif  FNASS « C’ dans la tête »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.. Les champs obligatoires sont indiqués *

Notre ADRESSE
5 RUE DES COLONNES - 75002 PARIS
+33 6 30 35 38 49
Nous REJOINDRE
Nous SUIVRE

AJPH © MENTIONS LÉGALES – CONCEPTION : MATTHIEU LOIGEROT Webdesigner Graphiste Freelance
CREDITS Photos : S.PILLAUD, F. PESTELLINI, Armaphotos, Lombard, Angelique Kieffer, Handball-photos, Patricia Sports, Laurent Théophile, Campion, Sylvain Artu, Paage_creation, Bertrand Delhomme, Nicolas Harvent / HBCSA, Sauvage, PHOTO SPORT NORMANDY